top of page

Eloïse a posé pour "Femmes et ivresses"


J'étais un peu nerveuse et je suis certaine qu'il le savait. Mais une fois mes vêtements enlevés j'ai oublié.

Oublié s'il faisait jour ou nuit, oublié l'heure qu'il était. Oublié la fraîcheur de la pièce et même le bruit de l'obturateur. Oublié que je me mettais à nu et ce, dans tous les sens du terme.

Autant de détails devenus flous un peu comme les lignes de ses images. Ce n'était plus qu'un espace temps un peu abstrait, mais pourtant bien réel, une nouvelle forme de rencontre difficilement explicable.


Femmes et ivresses

Une rencontre entre lui et moi d'un côté et une autre avec moi même. Il n'y a pas que ma nudité qui transparaît ici je pense, mais bien la sienne, aussi jolie que peuvent l'être sa patience, son approche de l'autre et de ce qui l'entoure.

Aussi joli que peut l'être sa photographie.

Eloïse Pignerol

19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page